top of page
Rechercher

Un appel à la bienveillance : développer l'autocompassion et la mettre en pratique sur le lieu de travail

La semaine de la santé mentale de l'Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) se déroule du 6 au 12 mai. Cette année, le thème est « Un appel à la bienveillance ».


Nous avons tous la capacité de faire preuve de compassion et nous savons que ce geste peut changer considérablement la vie de quelqu'un d'autre.


Explorer la compassion

La compassion englobe de nombreux traits : la patience, la gentillesse, l'acceptation, la compréhension et le pardon. C'est notre capacité, en tant qu'êtres humains, à faire preuve d'empathie et à nous sentir concernés par les difficultés et souffrances des autres. Cela crée généralement une motivation intérieure pour aider ceux qui sont dans le besoin.


Notre aide peut être orientée vers l'action ou consister à apporter un soutien émotionnel, physique, spirituel ou mental aux autres. Quoi qu'il en soit, elle suscite en nous un véritable désir de contribuer positivement au bien-être des autres.


À propos de l'autocompassion

L'idée de compassion vous paraît-elle plus facile à comprendre lorsque vous l'associez à quelqu'un d'autre ? Nous pouvons éprouver de la compassion pour de nombreuses personnes dans notre vie : notre famille et nos amis, notre communauté, ou même ceux avec qui nous n'avons pas de relations personnelles, tels que ceux qui vivent des tragédies partout dans le monde. Cependant, vous êtes-vous déjà demandé quel était votre degré d'autocompassion ?


Le degré de compassion que vous avez pour les autres est souvent lié à votre propre niveau d'autocompassion. Il existe un dicton populaire qui dit : « On ne peut rien verser d'une coupe vide ». Ce principe s'applique à de nombreux domaines de la vie : votre énergie physique, vos capacités mentales, vos capacités émotionnelles et, bien sûr, votre capacité à faire preuve de compassion. Si vous avez l'habitude de vous parler à vous-même de manière négative, vous pouvez penser qu'il est normal d'avoir un discours pessimiste avec les autres. Si vous pensez que la souffrance est inévitable, votre capacité à faire preuve d'empathie à l'égard des difficultés d'autrui pourrait en pâtir.


Pratiquer l'autocompassion, c'est remplir sa propre coupe. C'est une façon de choisir d'être bienveillant, compréhensif, empathique et indulgent envers ses propres expériences. En vous traitant avec un sentiment inconditionnel d'auto-compassion, vous vous offrez le cadeau de la confiance, de l'assurance, de la positivité et de la réussite dans la vie.


Au fond, l'autocompassion est une démonstration d'amour de soi. Tout comme vous parleriez gentiment à quelqu'un que vous aimez, la façon dont vous vous parlez à vous-même est également un bon indicateur de l'estime que vous avez pour vous-même et de la façon dont vous pensez mériter d'être traité avec gentillesse.


Un bon moyen de commencer à pratiquer l'autocompassion est de changer la façon dont vous vous parlez à vous-même. Prendre conscience de votre monologue intérieur et le modifier intentionnellement peut vous aider à transformer les pensées négatives en pensées positives.


Par exemple :


Une pensée négative :

Je n'ai pas les compétences nécessaires pour terminer ce projet avant la date limite !


Reformulation positive :

Je ne suis pas parfait, mais je peux faire de mon mieux pour terminer à temps. Si je n'y parviens pas, quels sont les outils qui peuvent m'aider à faire mieux la prochaine fois ?


Essayez d'évaluer vos pensées de manière objective et ne soyez pas trop dur avec vous-même au cours de ce processus. Rappelez-vous que vous ne le faites pas pour vous juger, mais pour vous aider à prospérer. Essayez de garder l'esprit ouvert et de vous accommoder de ce que vous trouvez.


Introduire la compassion sur le lieu de travail

Selon une étude récente, 71 % des salariés canadiens ont déclaré que leur santé mentale avait une incidence sur leur capacité à travailler. Un lieu de travail empreint de compassion et de soutien présente de nombreux avantages pour l'employeur et les employés. Il a été associé à une plus grande satisfaction au travail, à plus de loyauté et de confiance dans l'organisation, à des taux de rétention plus élevés, ainsi qu'à une amélioration des performances et de la motivation.


En moyenne, une personne passera 90 000 heures au travail, soit un tiers de sa vie ! Alors pourquoi ne pas créer un environnement sain et encourageant pour vos collègues et vous-même ?


Comment devenir des collègues de travail compatissants

Il est essentiel d'entretenir des relations professionnelles régulières avec ses collègues. La mise en place de relations authentiques avec nos collègues est un aspect important de la création d'une culture de la compassion sur le lieu de travail. Lorsque nous trouvons ou créons délibérément des occasions de créer des liens réels au travail, nous augmentons nos chances d'ouverture et de confiance.


Quelques étapes pour devenir un collègue de travail compatissant :


  1. Favoriser une communication ouverte : exprimez une préoccupation et un intérêt sincères pour vos collègues au cours de vos échanges, et essayez d'encourager et de pratiquer une communication ouverte et honnête avec eux. Vous créez ainsi un environnement sain où les travailleurs se sentent à l'aise pour exprimer leurs pensées, leurs préoccupations et leurs besoins sans craindre d'être jugés ou de subir des répercussions.

  2. Écouter activement : l'écoute active est une compétence qui exige de l'auditeur qu'il s'engage pleinement avec l'orateur, en essayant de comprendre le sens et les émotions qui se cachent derrière ses mots, sans avoir besoin de l'interrompre ou de se précipiter pour lui répondre. Parmi les éléments clés de l'écoute active, citons le fait d'accorder toute son attention, d'établir un contact visuel pour se concentrer sur la conversation et d'utiliser des signaux verbaux et non verbaux pour montrer que l'on est attentif.

  3. Valider leurs émotions et leurs expériences : chacun a un passé, une vision du monde, une éducation et des expériences de vie qui lui sont propres. En reconnaissant cette réalité et en ne portant pas de jugement lors de vos interactions, vous créerez une relation de travail empreinte de compassion.

  4. Offrir un leadership favorable : les dirigeants sont des acteurs clés dans le façonnement de la culture du lieu de travail. Les dirigeants compatissants font preuve d'empathie, de compréhension, d'une appréciation active du bien-être de leurs employés et s'en préoccupent. En adoptant un comportement compatissant, vous donnerez le ton au reste de l'organisation.

Comments


bottom of page